Au Liban, musique et patrimoine sont à la fête

Après le succès de sa dernière édition, la Fête de la musique revient au Liban du 18 au 21 juin. Cette année, le patrimoine du pays du cèdre est mis à l’honneur grâce à la programmation qui se tient dans différents sites historiques du pays. Musées, jardins, monument, c’est l’occasion idéale de découvrir, ou redécouvrir, la République du Liban.

Entre tradition et modernité

Répartie sur 3 jours, la Fête de la musique au Liban allie une programmation éclectique avec des lieux historiques. Par exemple, vous pourrez retrouver le 18 juin à 20h The Revilters dans les magnifiques jardins de Zouk Mikhael au nord de Beyrouth. Ce groupe de reprises s’est spécialisé dans le pop-rock avec des réinterprétations du groupe The Beatles et du groupe U2, sans oublier plusieurs grands classiques du répertoire français.

Si vous préférez les musiques plus traditionnelles, alors direction la Foire Internationale de Tripoli avec la chorale Fayha. Au sein de ce complexe architectural d’Oscar Niemeyer, les 80 choristes interpréteront a capella des chants en arabe, en arméniens et en français. Afin de clôturer cette Fête de la musique made in Liban, rendez-vous au musée Sursock à Beyrouth à 22h. À l’intérieur de ce temple de l’art moderne, qui mêle un style architectural vénitien et ottoman, Loopstach viendra faire le show avec ses chansons électro-folk.

 

Une fête 2.0

Parce que la Fête de la musique est aujourd’hui internationale et populaire, les Libanais sont invités à jouer sur leurs balcons et à poster leurs vidéos avec les hashtags #FDLMLiban et #3altarik. Des groupes de musiques ont déjà répondu à l’appel : Lulu Van Trapp s’est filmé dans cinq lieux emblématiques de Paris, les Libanais de Pomme Rouge ont choisi la ville portuaire de Batroun tandis qu’ Elias Elias a préféré le campus de l’ambassade à Beyrouth. Leur captation ainsi que le programme complet seront disponibles sur la page Facebook de l’Institut français du Liban.