Coup de pouce pour les Scènes de musique actuelles (SMAC)

Les 92 salles labellisées Scènes de musique actuelles (SMAC) constituent un réseau indispensable à l’industrie musicale en France. Pour que ces lieux de culture continuent de porter leurs missions d’intérêt général, le ministère de la Culture renforce son soutien en 2024. Explications.

Fin avril, la foule quitte la salle de Victoire 2 située à Saint-Jean-de-Védas près de Montpellier. Adultes et enfants viennent d’y découvrir « La petite histoire de Linna Morata », un concert destiné au jeune public signé Virginie Nourry. « Linna a perdu un petit bout de cœur. Elle le cherche partout et veut comprendre ce qu’est l’amour pour remplir ce vide », résume Pierre, aux côtés de sa fille Ninon. Ce musicien amateur connaît bien l’espace Victoire 2. « Je joue chaque semaine avec mon groupe dans l’un des six studios de répétition, et je viens souvent aux concerts à des prix accessibles. »

La salle Victoire 2 fait partie des 92 Scènes de musique actuelle (SMAC) en France. Ce réseau maille tout le territoire : on en compte dans presque chaque département et une SMAC sur quatre est en zone rurale. Ces lieux jouent un rôle essentiel dans la création d’œuvres musicales, la diffusion de concerts, l’accompagnement des artistes, l'éducation artistique et culturelle.

 

Un modèle unique au monde… fragilisé

Le Ministère a créé ce réseau SMAC en 1996, avant qu’il ne devienne label d’État dans le domaine du spectacle vivant en 2010, au même titre que les Scènes nationales ou encore les Centres dramatiques nationaux. Aujourd’hui, ces salles plus ou moins grandes (les jauges varient entre 150 et 2 000 places) programment près de 6 000 dates et accueillent plus de 10 000 artistes et groupes par saison, pour plus de 1,8 million d’entrées.

Les SMAC sont un passage privilégié pour les artistes en devenir ou confirmés dans le rap, le rock, l’électro, le jazz, les musiques traditionnelles et du monde, etc. Elles contribuent ainsi à l’accompagnement et à la valorisation de toutes les cultures. Mais ce modèle unique au monde est fragilisé par la crise inflationniste (énergie, augmentation des cachets, coûts sécurité...).

 

Des subventions en hausse de 30 %

Face à ce constat, le Ministère a annoncé une hausse en 2024 de la dotation de l'État en direction des SMAC de 3,68 millions d’euros. C’est-à-dire une augmentation de 30 % du soutien de l'État. Au total, les subventions aux SMAC s’élèvent à 16,5 millions d’euros.

Le Ministère renforce aussi les coopérations entre SMAC et encourage les dynamiques de diffusion des œuvres au plus grand nombre. C’est l’ambition du nouveau plan « Mieux Produire, mieux diffuser », doté d’un budget de 8,6 millions d’euros pour le spectacle vivant (théâtre, danse, cirque, musiques actuelles, etc.) et qui a suscité un engagement complémentaire de 13,5 millions d’euros des collectivités territoriales.

Autre dispositif, le programme « Création Mutualisée en musiques actuelles » est renouvelé pour la saison 2024-2025. Objectif ? Faciliter l’émergence de spectacles originaux de musiques actuelles, portés en partenariat par plusieurs structures musicales (ex : salles, festivals, tourneurs). La première édition du programme (2023-2024) a permis d’aider à la création de vingt spectacles, pour un montant total de 417 000 euros.

Le ministère de la Culture porte un regard attentif aux territoires non pourvus de SMAC, connaissant le rôle important joué par ces structures dans les pratiques culturelles des habitants, notamment chez les plus jeunes. Même si le réseau peut être considéré comme presque complet, certains projets en territoires ruraux ou dans les Outre-mer pourraient être accompagnés. Avec, à la clé, de nouveaux concerts à découvrir.